Lire à GPL

Véhicule au GPL ? Prenez-en soin avant l’hiver -

winter stag lpg

Un véhicule au GPL nécessite une préparation convenable pour l’hiver, c’est-à-dire un contrôle technique. Cependant, cela ne vaut pas la peine d'attendre jusqu'au dernier moment, car effectuer ce contrôle réduira tout de suite la consommation de GPL et minimisera le risque d'endommager le moteur à des températures négatives. Nous vous indiquons ce qui doit être vérifié lors du contrôle d’un véhicule équipé d’une installation GPL.

L’installation GPL doit être inspectée conformément aux dates recommandées par son fabricant. La première visite au garage devrait avoir lieu après 10 000 km. Toutefois, si le kilométrage du véhicule est faible, il est conseillé de se rendre au garage une fois par an, de préférence en automne, avant que la température à l'extérieur ne descende au-dessous de zéro. A quoi faut-il penser lors du contrôle d'hiver de l'installation GPL ? La chute de pression du gaz dans la partie basse pression de l'installation s'est bien produite lors de l'essai de collision. Après une fuite dans la partie haute pression de l’installation, une perte soudaine de pression de gaz s'est produite dans la partie basse pression de l'installation. Le capteur de pression et de température du gaz a fonctionné exactement comme dans le cas de l’épuisement de GPL dans le réservoir. Un signal de basse pression de gaz a été dirigé vers le contrôleur de GPL, qui a fermé les électrovannes du réservoir et du compartiment moteur ainsi que les injecteurs de GPL, en commutant l'alimentation du moteur en mode essence.

Le contrôle d'hiver de l'installation GPL pas à pas

Lors de l'inspection d’hiver de l'installation GPL, l'une des premières étapes consiste à vérifier son étanchéité au niveau des raccords des tuyaux. Pour ce faire, il est préférable de se rendre dans un garage spécialisé dans lequel des professionnels qualifiés utilisent un détecteur de fuite portable. L'appareil détectera et localisera les espaces vides, puis signalera leur existence à l'aide de signaux sonores et de diodes clignotantes.

Lors du contrôle d’hiver de l’installation GPL, le remplacement des filtres est une autre tâche importante. - Les filtres protègent le moteur de la voiture contre la pollution, qui pénètre dans le réservoir avec le carburant lors du ravitaillement. Il convient de rappeler que des impuretés huileuses peuvent bloquer les injecteurs de gaz et empêcher ainsi la commutation essence gaz. Lorsque la température extérieure tombe en dessous de zéro, les contaminants agissent comme de la colle et bloquent les pistons de l'injecteur, ce qui provoque la coupure du moteur lors du changement de carburant. Je suis convaincu qu'aucun conducteur ne voudrait s'exposer à des coûts élevés résultant d'une négligence et d’un non remplacement à temps de composants d'installation GPL. Ça vaut la peine de s'en occuper plus tôt - déclare Marcin Dziewiątkowski, spécialiste technique chez AC SA, producteur de systèmes GPL / GNC de STAG.

Bien que le remplacement des filtres soit une activité simple qui ne devrait pas causer de difficultés à  un conducteur expérimenté, il est préférable de s’appuyer sur les connaissances et l’expérience des mécaniciens qui veilleront à ce que les paramètres de l’installation GPL ne changent pas lors du remplacement. Il convient également de garder à l’esprit que sous-estimer le remplacement des filtres en temps voulu risque de générer des pertes graves pour le conducteur - par exemple, l’augmentation de consommation de gaz, la perte de puissance lors de l’accélération, le fonctionnement irrégulier du moteur ou l’extinction lorsqu’il fonctionne au gaz. Sous le capot des véhicules dotés d'installations GPL de la VIe génération, c’est-à-dire à injection séquentielle de gaz, il existe deux types de filtres - celui de phase liquide et celui de phase volatile, qui doivent être remplacés tous les 10 000 km.

- Parmi les éléments de l’installation GPL qui doivent être particulièrement entretenus avant l'hiver, il y a aussi les bougies d'allumage. Il convient de rappeler que le moteur GPL fonctionne dans des conditions différentes du moteur à essence – qui exercent une contrainte supplémentaire sur le système d'allumage. Ceci, à son tour, raccourcit la durée de vie des bougies d'allumage, et les bougies défectueuses empêcheront la voiture de démarrer à basse température - ajoute Marcin Dziewiątkowski, spécialiste technique chez AC S.A, fabricant de systèmes GPL / GNV de STAG.

La dernière opération à effectuer lors de l'inspection d’hiver est la régulation de l’installation GPL. Faute de quoi, le véhicule consommera plus de carburant qu'il ne le devrait. Cela peut être évité grâce à un étalonnage effectué dans un garage où des spécialistes le réaliseront à l'aide d'un ordinateur connecté à la voiture. De plus, l'étalonnage assurera une conduite fluide et réduira les risques de secousses, augmentant ainsi la sécurité et le confort d’usage de la voiture.

Les opérations ci-dessus sont suffisantes pour que l'installation GPL fonctionne correctement en hiver. Au cours des 10 000 kilomètres suivants, le conducteur pourra rouler sans problème et compter les économies générées par la consommation d’un carburant moins cher et plus écologique que l’essence.

« revenez